Quatre caméras seront installées dans le quartier de la gare.

Après les blocs de béton et les contrôles aux frontières , la commune d’Erquelinnes s’apprête à connaître une nouvelle ère, en matière de sécurité.

Contrairement aux blocs et autres contrôles, le futur investissement n’est pas en lien direct avec les attentats du 13 novembre dernier.

En effet, la zone de police de Lermes s’est vue octroyer un subside exceptionnel de 85.000 euros, afin d’installer des caméras de surveillances, à quatre endroits stratégiques, du centre-ville.

Un système visant à sécuriser, d’une part, mais également à surveiller certains véhicules, ainsi que leur immatriculation, en temps réel. "Pour l’instant, les caméras ne sont pas encore établies", explique le bourgmestre David Lavaux (CDH). "Toutefois, nous savons déjà où celles-ci seront positionnées."

La première sera située à l’entrée du centre, à proximité du rond-point jouxtant la station-service. Les deux autres seront établies sur les parkings de la gare et du magasin Match. "De cette manière, elles balayeront les commerces", relève le bourgmestre. Quant à la dernière, elle prendra place au bout de la rue Albert Ier, non loin du magasin Le Roi du Matelas.

Si le placement est attendu pour les prochaines semaines, force est de constater que les installations et autres raccordements techniques ont déjà été réalisés. "À terme, cela permettrait d’installer d’autres caméras sur la commune."

Seule ombre au tableau, le choix des appareils. Le point ne fait pas l’unanimité. "Il serait plus judicieux de miser sur des caméras mobiles, plutôt que des caméras balayant un certain angle toutes les 10 ou 15 secondes", souligne Pascal Vraie (PS Plus). "Le rendement d’une caméra mobile est beaucoup plus important. Effectivement, il permet de mieux cibler des informations essentielles."

Cependant, le bourgmestre se veut rassurant. "Le matériel qui sera utilisé doit encore être étudié. Toutefois, il est certain que notre choix devra tenir compte d’une telle remarque."