Charleroi

Les deux jeunes étaient éperdument amoureux. Mais le prévenu a menti sur son âge et se retrouve devant le tribunal correctionnel. 


Le jeune homme a vécu son premier grand amour en 2017, en faisant la connaissance d’Alice (nom d’emprunt). L’adolescente, atteinte d’un retard mental, est tombée sous le charme d’Esteban, qu’elle trouvait beau et très gentil. Les amoureux se voyaient quelques fois par semaine en s’échangeant des bisous et des câlins et profitaient des vacances scolaires pour se fréquenter davantage.

En août, Esteban a réservé à deux reprises une chambre d’hôtel, non loin de la Place Verte à Charleroi, pour passer un moment avec sa dulcinée. Lors de la seconde nuit, les jeunes ont eu une relation sexuelle. 

Deux jours plus tard, la mère de la victime a appelé les parents d'Esteban. Au bout du fil, la maman a appris l'âge réel d'Esteban. Jusqu'à présent, le jeune homme assurait être né en 2000. Elle n’a alors pas hésité à le dénoncer immédiatement à la police, après avoir recueilli les confidences de sa fille... de 14 ans seulement. 

Esteban se retrouve ce jeudi devant le tribunal, soupçonné d'avoir commis un attentat à la pudeur sur Alice. La maman d'Alice s'est constituée partie civile. Elle réclame 2500 € à titre de dommage moral pour elle et 5000 € pour sa fille. 

Du côté du ministère public, une peine de 10 mois de prison avec un sursis est requise. Le jeune homme ne possède aucun antécédent judiciaire et ne s’est jamais fait connaître de la police. Le parquet n’a cependant pas retenu de menace ou de violence dans le chef du prévenu, compte tenu des déclarations d’Alice, qui jure avoir été consentante et avoir été bien traitée par son amoureux. 

Me Ureel, avocat de la défense, plaide un acquittement pour l’attentat à la pudeur. Jugement attendu le 14 novembre.