Atteinte d’un stress post-traumatique depuis février 2019, Sylvie a du mal à reprendre confiance en elle et à faire confiance aux autres. De l’autre côté de la barre, se trouve Frédéric son ex-compagnon. Ce dernier est accro à la boisson et aux jeux, passant le plus clair de son temps derrière son écran d’ordinateur. Mais Frédéric a également un mauvais penchant pour la violence.

Déjà condamné à trois reprises par un tribunal pour des faits de violence sur ses précédentes compagnes, Frédéric risque une quatrième condamnation pour des coups portés sur Sylvie, à son domicile de Châtelet. Ce dernier n’a pas accepté que sa désormais ex-compagne débranche la prise de son ordinateur, alors qu’il jouait. "J’ai cru que c’était le dernier jour de ma vie. Il m’a poursuivi dans la cuisine", explique Sylvie, tellement apeurée lors des faits qu’elle s’est involontairement uriné dessus. Une peine de 4 ans de prison est requise, avec un sursis probatoire du bout des lèvres.

Frédéric jure de son côté n’avoir rien fait. Il trouve même étrange l’attitude de Sylvie. "C’est un peu bizarre qu’une femme, soi-disant battue et étranglée, me téléphone le lendemain pour que je vienne récupérer mes affaires."

Jugement le 14 octobre.