La possibilité d'implanter un parc d'attraction Legoland à Charleroi, annoncée dans la presse, soulève de nombreuses questions sur le partenariat entre la Wallonie et Thunder Power, cette start-up chinoise qui voulait venir construire des voitures électriques sur l'ancien site de Caterpillar, à Gosselies.

Alors qu'il se montrait encore confiant en Thunder Power, du moins en public, cette fois le ministre Borsus n'y est pas allé par quatre chemins : "beaucoup d'efforts ont été mobilisés pour concrétiser l'implantation de Thunder Power à Charleroi. Un certain nombre de reports successifs sont à déplorer, mais si certains sont compréhensibles, d'autres retards sont également à noter... notamment l'homologation, l'appel de fonds ou bien la mise en oeuvre de l'usine soeur en Chine. Dès lors, en lien avec la Sogepa, nous considérons désormais que le dossier n'est plus prioritaire. Pas qu'on ferme la porte définitivement, mais qu'on ne peut pas fermer les yeux sur l'addition des difficultés qui ont été rencontrées."

Si le sujet est devenu si pressant qu'il a nécessité une interpellation "d'actualité" au parlement, c'est qu'on vient d'apprendre que Merlin Entertainments, un géant mondial du loisir, s'intéressait aux 93ha de l'ancien site de Caterpillar, au nord de Charleroi, pour étudier la possibilité d'y implanter un parc d'attraction Legoland. Au Danemark et au Royaume-Uni, les parcs draînent 2 millions de personnes chaque année et sont considérés par une étude de 2018 comme dans le top européen, notait la députée Rachel Sobry. A titre de comparaison, Walibi, le plus grand parc d'attraction belge, accueille 1 million de personnes par an.

"Le fait qu'un grand groupe montre de l'intérêt pour le site est une opportunité", a continué le ministre, à propos de Legoland. "Nous avons, avec l'Awex, le bourgmestre de Charleroi et d'autres interlocuteurs mené une étude préalable : est-ce qu'un parc d'attraction de cette ampleur a sa place sur notre territoire ? Est-ce qu'il risque d'y avoir un problème pour la concurrence ? Est-ce que l'emploi qu'on annonce est pertinent pour la relance wallonne ? Eh bien les réponses semblent positives. Il faudra bien sûr avancer plus loin dans l'analyse, pour bien mesurer les impacts positifs et négatifs qu'on peut attendre d'un tel projet."

Il conclut sur les potentielles alternatives à Thunder Power ou Legoland sur le site de Gosselies: "je pense que le site est exceptionnel : 93 hectares, localisés à cet endroit, à proximité de l'aéroport. On n'a pas une multitude de sites de cette nature en Wallonie. Et dès lors, ne faisons l'économie d'aucune hypothèse, aucune possibilité, de manière à ce qu'on puisse rendre vie à ce site. Je rappelle aussi qu'il y a d'autres sites, à Charleroi et dans l'espace métropolitain de Charleroi, il y a notamment une opération de rénovation à Carsid : je pense que c'est avec plusieurs pôles d'activités, la biotech, le pharma, l'industriel et le loisir, que nous pourrons soutenir cette volonté de rendre un rôle moteur de développement socio-économique à nos métropoles... Charleroi étant évidemment une de nos métropoles majeures."