Mardi soir, le vaccibus a quitté la commune de Farciennes après une étape de trois jours. Le bus wallon, géré par la commune et du personnel médical local que les gens connaissent et dans lesquels ils ont a priori confiance, s'est arrêté dans les trois quartiers les plus fréquentés, c'est-à-dire Pironchamps, le Wainage et Farciennes-centre - où avait déjà été installé un centre de vaccination provisoire en juin dernier.

Chaque jour, près de 300 personnes ont reçu une dose du vaccin anti-covid19 de Pfizer. Soit 900 doses distribuées sur les trois jours.

Il s'agissait principalement de 3e doses pour les personnes âgées et vulnérables, mais aussi de certaines doses supplémentaires pour celles et ceux qui avait déjà reçu le Johnson&Johnson ou Astrazeneca : le bourgmestre local Hugues Bayet, qui avait fait la promo de la vaccination dans son centre provisoire en recevant la dose alors appelée "unique" de Johnson&Johnson le jour de l'ouverture, a ainsi reçu sa piqûre de rappel demandée par le Conseil Supérieur de la Santé.

Mais le plus intéressant, c'est peut-être ce dernier chiffre: une centaine d'habitants de Farciennes ont profité de l'arrivée du vaccibus pour recevoir leur première dose. C'est-à-dire que le taux de vaccination partielle chez les plus de 12 ans est passée, en trois jours, de 72 à 74%, soit une augmentation de près de 2%.

"C’est porteur d’espoir alors que nous entrons dans l’hiver et que la 4e vague fait rage", a souligné le mayeur farciennois.