Comme nous le précisions dans nos éditions de fin décembre, bon nombre de communes ont communiqué sur l'interdiction de tirer des feux d'artifice. Ces décisions ont été prises non seulement parce que tirer un feu d'artifice est dangereux mais aussi parce qu'elle engendre un certain stress chez les animaux. Ce stress pouvant mener à des fugues et des blessures. A Noël, la SPA de Charleroi a reçu une vingtaine d'appels pour des animaux ayant fugués et heureusement ramené à leur propriétaire soit par les bénévoles du refuge pour animaux carolo soit par la police.

Les animaux sauvages quant à eux interprètent les détonations et les flashs lumineux comme des menaces à leur survie. Il s’agit d’un comportement qu’on retrouve également chez nos animaux de compagnie. A travers les feux d’artifice, ils sont confrontés à un élément stressant qui est sporadique et qui est d’une intensité assez élevée.

Et pourtant, une alternative existe, les feux d’artifice à bruit contenu, qui atténue les détonations. Ces derniers réduisent alors la nuisance sonore de l’explosion de 60 à 80 dB, sans pour autant avoir une répercussion sur la qualité du spectacle. La seule chose qui change, c’est donc le bruit : au moment de la détonation, le bruit de l’explosion dans les airs est étouffé et donc moins puissant.

"Dans ce cadre, avec ma collègue Ecolo Anne Kelleter, je vais tout prochainement proposer aux partis de la majorité de travailler sur un texte de résolution visant à promouvoir cette alternative. Ces feux à bruit contenu constituent à n’en point douter une avancée notable pour le bien-être animal, sans pour autant faire une croix sur l’aspect festif, ni engendrer de coûts supplémentaires pour les collectivités puisqu’ils reviennent à peu près au même prix que leur équivalent classique" insiste le député Ecolo Christophe Clersy. Et de poursuivre : "Le texte invite le Gouvernement Wallon à mener une action volontariste envers les communes afin qu’elles encadrent au maximum l’utilisation des feux d’artifice à travers leurs règlement général de police. Les feux d’artifice peuvent en effet être conditionnés à l’autorisation du bourgmestre, ou interdits sur certaines parties du territoire ou à certains moments, par exemple à proximité d’animaux qui pourraient être sensibles. C’est au niveau local que les décisions peuvent être les mieux adaptées, en fonction du territoire concerné. Une phrase de sensibilisation active vis-à-vis des pouvoirs locaux devra être mise en place afin que cette alternative soit davantage mise en avant."