La société de logements publics de la cité des Bernardins, Mon Toit Fleurusien, vient d'apprendre que le gouvernement wallon leur permettait d'investir dans la rénovation énergétique de 280 logements, pour un coût d'environ 36.000€ par logement (8,7 millions d'euros en tout). L'objectif global est d'arriver à un PEB "A" (bien isolé, consomme peu d'énergie pour chauffer) pour l'ensemble du parc immobilier d'ici 2050. 

Pour sélectionner les logements qu'ils allaient rénover, le Conseil d'Administration a demandé des audits énergétiques pour ses logements. Trois cités ont été retenues, et le phasage des chantiers a été décidé : en 2021, 69 logements de la cité Crappe (Lambusart) seront rénovés. En 2022, ce seront 56 logements de la cité Anciaux (Wanfercée-Baulet) et 16 logements dans Lambusart et Wanfercée-Baulet. Enfin, entre 2023 et 2024, 139 logements seront rénovés dans la cité de la Drève (Wanfercée-Baulet). 

Les travaux comprendront l'isolation des murs et du toit, l'ajout d'un chauffage central et la création d'un système de ventilation mécanique. Les châssis de la cité Crappe seront remplacés, tandis qu'un focus sera mis sur les sanitaires dans la cité Anciaux.

Pour mener ces chantiers à bien, Mon Toit Fleurusien prévoit d'inclure les habitants : en plus de communications et de réunions pour expliquer aux gens les travaux qui seront faits, le société de logements publics organisera une opération "greniers propres" pour enlever les encombrants inutiles.