Ce mercredi matin au Château de la Paix, trois louageurs ont reçu chacun un chèque symbolique d'une valeur de 1.000€ de la part de la Ville de Fleurus.

"C'est une initiative de nos sociétés de gilles, on y a répondu favorablement. La réflexion est simple : sans louageurs pas de costumes, sans costumes pas de folklore, sans folklore pas de Cavalcade. On a besoin des louageurs, parce qu'on a un peu de Binche à Fleurus", pointe le bourgmestre Loïc D'Haeyer. Les étoiles se sont-elles alignées? La mère de Karl Kersten, vétéran du milieu, s'appelait Fleurus...

La somme n'est pas énorme et ne permettra pas de sortir les louageurs de la difficulté financière dans laquelle ils se trouvent : "mais même le droit passerelle ne suffit pas, notre économie est à zéro et même si l'Horeca peut reprendre en mai, nous ça ne sera pas avant le printemps 2022... on a fait de gros investissements pour Pâques 2020, qu'on n'a jamais pu rentabiliser", nous explique les louageurs Kersten, désolés. "Mais la démarche de Fleurus a fait beaucoup de bien, l'appel du bourgmestre à celui de Binche a permis de faire réagir chez nous aussi alors qu'il n'y avait pas grand-chose au début, ça a permis de faire boule de neige."

© van Kasteel

"Ca ne va pas vous sauver, mais vous avez tout notre soutien. Et je sais que les sociétés de Gilles locales et les Paysans Bernardins se mobilisent aussi pour vous apporter une aide, elle devrait arriver à Pâques de cette année", note de son côté l'échevin du Folklore, Francis Lorand, qui se désole un peu de n'avoir pas réussi à fédérer les autres communes alentours pour augmenter encore la somme collectée. "C'est une nécessité absolue de venir en aide à nos louageurs, si la Cavalcade de Fleurus peut se faire en 2022, mais qu'il n'y a plus de costumes de Gilles, ça ne servira à rien. Et la population est très attachée à son folklore, sans parler des sociétés de Gilles évidemment."

La Cavalcade 2020 a été annulée, on était en plein confinement. Pour celle de 2021, la décision a été repoussée jusqu'en janvier... il a finalement été décidé de l'annuler également. "Mais pour cette fois, on prévoit un parcours photo, avec des affiches et des grandes bâches sur différents monuments et bâtiments de l'entité", signale tout de même Loïc D'Haeyer. "On n'oublie pas la Cavalcade."