A Fleurus, la société l’IRE, créée en 1971 joue un rôle majeur dans la médecine nucléaire. Elle est un des leaders de la production de molybdène  permettant de fabriquer des générateurs de technétium-99. Cet élément est utilisé dans 80% des diagnostics en médecine nucléaire pour les scintigraphies qui explorent les affections des os, du cœur, des poumons et des autres organes. Ces examens permettent de poser un diagnostic adéquat dans de nombreuses pathologies telle que le cancer, l’infarctus, les infections et les inflammations,..

Avec son projet Smart, l’IRE veut utiliser la technologie Lighthouse via un nouveau type d’accélérateur d’électrons linéaire supraconducteur à haute puissance. L’innovation réside dans sa capacité à produire énormément de volume et d’activité de molybdène

Cette entreprise cherchait donc une méthode alternative et durable pour la production de ces éléments. De plus, elle s’est associée, à la société néerlandaise ASML. De son côté, elle voulait trouver un partenaire pour développer complément la technologie et la rendre applicable pour l’industrie de la médecine nucléaire. La rencontre entre ces deux acteurs a donné naissance au projet Smart.

L’IRE a investi 4 millions d’euros pour mener a bien l’étude de faisabilité. Les pouvoirs publics belges ont pris le relais pour subsidier la phase de design et d’engineering à hauteur de 52 millions d’euros. A cela, il faut rajouter 20 millions d’euros du plan de relance Européen. Les premières productions sont attendues en 2028.

Le secrétaire d’Etat pour la Relance et les Investissements stratégiques, Thomas Dermine, se réjouis de ces pépites technologiques, installée sur le territoire carolo. "C’est quand même remarquable qu’ici, nous avons un centre à la point dans le traitement des cancers. Des réactifs sont produits pour détecter et traiter ces maladies. Nous sommes ici à la pointe de la lutte contre le cancer".