Charleroi Après Thuin au début de l'été, c'est au tour de la Ville de Fleurus de se lancer sur Instagram. Mais quel intérêt pour une Ville de se retrouver sur un réseau social où les utilisateurs se partagent photos et vidéos?


Instagram est un des réseaux sociaux les plus "engageants" (avec Reddit), c'est-à-dire que son milliard d'utilisateurs regardent activement les publications des comptes qu'ils suivent, en partageant, commentant ou "likant".

"Les informations communiquées sur les outils habituels (Fleurus Mag’, Site Internet, Facebook) sont de plus en plus nombreuses. En créant un nouveau canal d’interaction principalement utilisé pour le partage de photos et de vidéos courtes, la Ville de Fleurus souhaite accentuer la mise en valeur de son centre-ville, de ses villages, lieux et paysages, de son folklore, etc. Instagram offrira également la possibilité de dévoiler de temps à autre les coulisses de son Administration et de mettre à l’honneur son personnel et son travail", explique-t-on au département Promotion de la Ville. 

C'est ce que les utilisateurs attendent d'Instagram: de belles photos et des contenus qui font voyager et rêver. Et pourquoi une administration communale ne pourrait-elle pas faire de la "feel good communication", positive et permettant d'améliorer son image dans l'inconscient collectif? C'est exactement ce qu'essaye de faire Charleroi Métropole, pour attirer nouveaux habitants, touristes, et entreprises, entre autres. 

Et si en plus, le contenu apporte une information valable au citoyen, c'est gagné. Pour son lancement sur Instagram, Fleurus a profité des journées du patrimoine et l'événement "Le Château de la Paix sur son 31". Saviez-vous, par exemple, qu'il y avait une maquette du château dans le château lui-même?


Lancé depuis 4 jours, le compte ne compte pour l'instant pour ainsi dire aucun "followers" (46, sur une population de 23.000 environ) et va devoir conserver un rythme d'au moins une publication tous les deux à trois jours pour former une "communauté" qui suit assidûment ses activités. C'est en tout cas le strict minimum à observer, d'après les experts du réseau.

Du côté de Thuin, le ratio a souffert de l'été, et donc des congés de l'employé-e communal-e qui se cache derrière le compte: 26 publications seulement en près de trois mois, mais tout de même un total de 233 abonnés (sur 15.000 habitants), avec une moyenne de 10 à 15 "likes" par publications. C'est un début.