Depuis quelques jours, de nombreuses habitations de l’entité de Fontaine-l’Évêque subissent une invasion de mouches.

Si une première piste menait aux mouches de grenier, force est de constater que le problème perdurait. Si bien que la question a été évoquée par le collège communal fontainois. "Mais pour trouver une solution, il faut d’abord en connaître la cause", commentait à juste titre l’échevin Philippe D’Hollander (PS).

Après avoir été interpellés par les riverains de la rue de Piéton, Gianni Galuzzo (PS) et Philippe D’Hollander ont demandé au service environnement d’investiguer les environs afin de connaître l’origine de l’invasion.

"Après visite sur place, il a été constaté un gros dépôt de fientes sur les champs. La parcelle est située entre la rue Piéton et la rue Blanche Maison à Fontaine-l’Évêque", communique Philippe D’Hollander. "Or, le dépôt de fumier ou de fientes sur champ est soumis à une législation rigoureuse relative à la gestion de l’azote." En effet, comme le rappelle l’échevin, "les agriculteurs ne peuvent pas épandre de fientes du mois d’octobre jusqu’à mi-février sur terres arables."

L’inquiétude croissante des habitants et la présence massive de mouches dans les habitations s’expliquent, entre autres, par les températures agréables rencontrées en ce mois d’octobre. "La Ville a contacté la région wallonne pour s’enquérir des solutions qui pourraient être apportées. La conseillère en prévention suit également le problème."

En attendant, les citoyens des maisons infestées n’en peuvent plus. "Ces mouches deviennent insupportables", conteste Vanessa, une riveraine. "Si j’ai le malheur d’ouvrir une porte ou une fenêtre, une vingtaine d’entre elles rentrent directement chez moi. C’est invivable !"