Ce jour-là, les secours ont été requis au sein d’un appartement de la résidence Normandie à la rue du Vire à Bouffioulx (Châtelet). Jean L., 81 ans, s’est suicidé après avoir tué son épouse Anita, âgée elle de 89 ans. Comme l’indique nos confrères de SudPresse, l’épouse a été découverte sans vie à l’intérieur de l’appartement, dont le corps présentait des traces de coups. Jean s’est rendu, par la suite, au garage du couple pour se suicider dans le véhicule après avoir laissé un mot sur la poignée de la porte d’entrée de l’appartement.

Selon le parquet de Charleroi, l’état de santé des deux personnes est à la base du drame. "La femme se trouvait dans un état de santé précaire. Le mari, lui, était également physiquement fragilisé." Aucune trace d’effraction n’a été découverte dans le logement. La thèse privilégiée par les autorités judiciaires est donc celle du meurtre suivi du suicide.

"Il y a quand même eu une descente du juge d’instruction sur place. Mais compte tenu des éléments, le dossier devrait être rapidement bouclé et il ne devrait pas y avoir de devoirs complémentaires."