Lundi, les policiers ont montré une photo de Franck Frissen à l'audience. L'homme avait des faux airs de James Dean, acteur rebelle d'Hollywood. Cheveux coiffés en arrière, sourire ravageur, Franck était un homme séduisant. Ses nombreuses conquêtes féminines sont unanimes. Il pouvait aussi se montrer violent, manipulateur, excessif.

Selon une dame, qui connaissait Franck depuis 25 ans, il était bien avec Isabelle, quand ils étaient en cure à Thuin, mais leur situation a dégénéré quand ils se sont mis en ménage. Le 15 mai 2015, une dispute a éclaté sur fond d'ivresse, Isabelle l'a planté à deux reprises avec un couteau de cuisine. Le cœur a été touché.

Mardi, la cour a auditionné d'autres témoins, mais peu avaient fait le déplacement. Frank Frissen avait coupé les ponts avec la plupart des membres de sa famille. Ainsi, son père adoptif l'a vu deux fois en 10 ans. La dernière fois, c'était quatre ans avant les faits, pour l'enterrement de sa grand-mère. "Visiblement, il y avait deux Franck, celui qui buvait et celui qui ne buvait pas", a-t-il déclaré. Il a connu celui qui ne buvait pas.

Un autre témoin a connu Franck à l'âge de 19 ans. Leur idylle a duré sept ans. Cette dame a eu un enfant avec la victime, qu'elle qualifie de "drôle, intelligent, débrouillard, parfois entreprenant et parfois dur". Elle raconte qu'il aimait bien qu'on marche dans son sens. "En tant que parents, on n'évoluait pas de la même manière, il ne voulait pas grandir", dit ce témoin qui se souvient d'une seule scène violente au cours de laquelle Franck l'a secouée. Toutefois, les disputes étaient fréquentes.

Le fils du couple a bien grandi, il est âgé de 24 ans et il est partie civile au procès. "Notre relation était compliquée, je ne le voyais pas régulièrement au début. Quand on se voyait, plus tard, on s'amusait comme des potes, on allait au théâtre, on jouait au foot ou à la console." Le jeune homme, qui avait fêté ses 18 ans 10 jours avant le drame, se souvient d'un papa drôle, dont il a appris le décès par les réseaux sociaux, ce qui a engendré des absences scolaires. Il dit penser à son père chaque jour.

Une autre femme, qui fut aussi compagne de la victime, ne s'est pas présentée à l'audience. Le président a lu son témoignage dont il ressort que Franck était rebelle et paranoïaque. Des disputes violentes ont éclaté au sein du couple.

Selon une autre ex, Franck était un "être déséquilibré " qui pouvait se montrer violent. Selon ce témoin, Isabelle Lambert "a dû être terrorisée pour agir de la sorte".

Une autre ancienne compagne de la victime a connu Franck quand il était barman dans un bowling à Ixelles. "Il était très sociable, sympa et gentil quand je l'ai connu". Franck a ensuite travaillé comme éboueur à la commune d'Ixelles et ses petits problèmes de boissons, qui se sont accentués, ont engendré des problèmes dans le couple.

Toutefois, il n'était pas agressif avec elle, mais il menaçait de se suicider ou de s'en prendre avec ses animaux. "Il était sans cesse dans la provocation. Il était rongé par beaucoup de démons, il ne prenait pas les perches qu'on lui tendait. Il était en dépression permanente". Le couple a fini par se séparer. "La consommation d'alcool allait crescendo sur nos deux dernières années de relation."

Franck Frissen n'a pas accepté la rupture. "Il s'est emballé, il a piqué une colère, j'ai eu peur, il m'a empoigné et a balancé des objets dans l'appartement. J'ai compris que si je donnais le change, cela aurait pu s'empirer".

Le soir du crime, Isabelle Lambert et Franck Frissen étaient tous les deux en état d'ivresse. Selon une voisine, il y a eu des cris, peu de temps avant le crime.