Il n’est pas simple d’être un agent de sécurité Securail. Ces agents qui assurent la sécurité des voyageurs dans les gares et à bord des trains subissent de plus en plus d’agressions. Pourtant, ces derniers doivent être considérés comme des agents assermentés par tous. Le 26 décembre 2019, Yassine et Dorian ont croisé la route de François. Ce dernier a été pris la main dans le sac à bord du train qu’il a pris à Thuin avec un titre de transport qui n’était plus valable. Comme de coutume lorsque l’infraction est constatée par un contrôleur, François devait payer 75 euros d’amende. Mais le quadragénaire a refusé de payer l’amende et de présenter sa carte d’identité.

Alors, Yassine et Dorian ont été requis à la gare de Charleroi-Sud pour intervenir. Encore une fois, François a refusé de donner sa carte d’identité. Et la situation a dégénéré. « Ils étaient agressifs et virulents. La situation est partie en cacahuète et j’ai été victime d’un coup de poing et d’insultes », admet François, même s’il rejette la faute sur les agents Securail.

François confirme également qu’il a menacé Yassine et Dorian de les frapper avant d’exhiber son sexe en ouvrant sa braguette. « J’ai voulu faire semblant d’uriner sur eux. » Atteint d’un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), François avoue avoir du mal avec l’injustice. Ce que le tribunal n'accepte pas puisque c’est bel et bien le quadragénaire qui est en tort. « Vous savez très bien que votre titre de transport est périmé, mais vous montez quand même à bord du train. C’est vous qui avez pris un risque », lui fait comprendre le tribunal.

Le substitut Lafosse considère les menaces et l’outrage public aux bonnes mœurs établies. Deux mois avant les faits, François avait obtenu une suspension probatoire du prononcé pour, déjà, des coups sur agents, rébellion et outrages. « Il aura respecté les conditions durant deux mois et demi. » Une peine de travail de 90 heures est requise, avec une peine de 12 mois de prison si François n'accomplirait pas les heures de travail. Mise en continuation le 31 mars prochain.