En 2015 et 2018, François a fait l’objet de condamnations pour des vols violences et des extorsions. En 2020, le trentenaire a été condamné à deux reprises avec une peine 15 mois de prison et une seconde peine de prison ferme pour une tentative d’assassinat, seulement quelques semaines avant sa comparution du 16 décembre dernier.

Cette fois-ci, François était poursuivi pour une scène de coups et blessures sur Philippe, le 2 février 2017, à Gosselies. Quatre jours après l’agression, les policiers avaient découvert le visage tuméfié de Philippe. Ce dernier avait confié l’agression du 2 février 2017.

Face au tribunal, François avouait les faits, en précisant tout de même avoir agi en bon samaritain, pour défendre Yves, qui l’avait appelé à l’aide. "Philippe l’ennuyait et l’agressait verbalement. Ce n’était pas la première fois que cela se produisait. Ce jour-là, il en a eu marre et il m’a appelé."

Tous les éléments du dossier allaient dans le sens contraire de la thèse du bon samaritain évoquée par François. La compagne de Philippe confirmait même aux policiers que son compagnon avait été injustement attaqué.

Compte tenu du solide casier judiciaire de François, le substitut Lafosse souhaitait qu’une peine de prison soit prononcée. Le parquet ne s’opposait pas à l’absorption plaidée par la défense. Une peine complémentaire de 6 mois de prison ferme était quand même requise. Finalement, François écope d’une peine complémentaire de 10 mois de prison ferme.