Cinq ans après une scène de coups et blessures dont George reconnaît avoir été l’auteur, ce dernier comparaît enfin devant le tribunal correctionnel. S’exprimant dans un français limité, le jeune homme de 23 ans admet quand même avoir frappé Stéphane, le 3 mars 2016, au sein de l’IETS Charleroi.

Ce jour-là, vers midi, George se présente dans la cour de récré de l’établissement scolaire où il n’est plus étudiant, afin d’y voir des amis à lui. Stéphane, enseignant, intervient. "Je lui ai demandé de quitter les lieux puisqu’il n’avait pas le droit d’être là. Je n’avais jamais eu le moindre problème avec lui", confirme-t-il au tribunal.

Visiblement, George n’apprécie pas trop d’être redirigé vers la porte de sortie. Il crache dans le visage de Stéphane, qui lui répond de la même manière avant de recevoir une pluie de coups de poing.

Pour le parquet, George n’a pas agi sous le coup de la provocation. Ce que plaide, au contraire, la défense. Compte tenu de l’ancienneté des faits et de la sagesse affichée par George depuis les faits, le substitut Signor ne s’oppose pas à une mesure de faveur. Jugement le 26 mai.