Lors du tour Sainte-Rolende, elle est parfois soumise à rude épreuve.

Fêtée tous les lundis de Pentecôte, la marche Sainte Rolende est un événement très attendu par la majorité des Gerpinnois. "On peut dire que c’est notre nouvel an" , souligne Aimée Philippe, mambour de Sainte-Rolende et de son culte. "C’est un jour de référence."

Il est vrai que cette festivité rassemble des milliers de personnes. Une foule venue assister au défilé composé de plus de trois mille marcheurs mais également à la sortie de la châsse Sainte-Rolende vers 4h de l’église Saint-Michel de Gerpinnes.

Escortée par les pèlerins et fidèles de village en village, la châsse effectue son traditionnel tour Sainte-Rolende. L’occasion pour des milliers de personnes de la toucher. "C’est un culte vivant. Toucher la châsse est une manière de supplier. Néanmoins, d’autres personnes l’effleurent pour bien d’autres raisons."

Cette ferveur populaire a été décuplée en 1999 (la châsse a fêté son 400e anniversaire) et en 2003 (Rolende a été reconnue comme sainte par le Prince-Evêque Otber). Une ferveur qui cause parfois et malheureusement quelques dégâts au coffret. "Depuis sa restauration en 2006, ce dernier s’est fortement détérioré suite à de nombreux petits coups de hache, d’épée ou de fusil. Il est important de rappeler que les armes servent à exprimer les honneurs et non ses sentiments ou ses prières."

Mais, comme tient à préciser Aimée Philippe, les marcheurs ne sont pas les seuls tenus responsables. "L’année dernière, des plaquettes en argent ont été pliées lors d’une simple caresse. Elles ont été accrochées avec la bague d’une personne. Tout est réparable mais cela à un coût."

Et à ce rythme-là, la châsse ne pourra bientôt plus être approchée. "Nous ne souhaitons pas supprimer cette tradition mais la recadrer. Ceci afin qu’elle s’accomplisse dans le plus grand respect. Il suffit de toucher la châsse du bout des doigts sur n’importe quelle partie, de préférence sur les panneaux historiés."

Cette année , elle sera mieux protégée en cas de forte pluie. "Nous allons concevoir un abri" , termine Aimée Philippe.

À noter qu’en 2016, le lundi de Pentecôte tombe le 16 mai. Encore quelques semaines de patience donc…


Aimée Philippe, m ambour de Sainte-Rolende et de son culte:  "Remise en état par un orfèvre"

"Les dégâts causés l’année dernière n’ont pas encore été réparés. Nous avons fait appel à Pierre-Yves Kairis, docteur en histoire et conseiller à l’Institut royal du patrimoine artistique ainsi qu’à l’Association professionnelle de conservateur-restaurateur d’œuvres d’art. Cette dernière compte dans ses rangs deux orfèvres : un Flamand et un Bruxellois. Nous avons choisi ce dernier. Malgré le fait que les réparations sont onéreuses, nous avons l’obligation de la remettre en état. La châsse doit sortir chaque lundi de Pentecôte. Si besoin, les marcheurs sont prêts à participer au financement."