A L’initiative conjointe du Biopark, de l’ULB et de l’UMons en collaboration avec le Forem et les entreprises partenaires a été organisé une journée de rencontre destinée à favoriser ces deux mondes : celui de l’Université et celui de L’Entreprise dans le but développer des biotechnologies au service de la Santé.

L’organisation de cette journée a été décidée suivant un double objectif. D’une part permettre aux étudiants de découvrir ou de mieux comprendre les opportunités d’un secteur innovant et en pleine croissance et d’autre part de permettre aux entreprises d’exprimer leurs besoins et rencontrer les prochains talents qui viendront rejoindre leurs équipes.

La première édition s’est révélée être un succès puisque plus de 200 étudiants ont participé aux différents ateliers et séances d’explication. Onze entreprises du secteur biotech ont également répondu présent afin d’informer de non seulement informer les jeunes sur les débouchées possibles mais aussi de recruter et assurer le cas échéant des formations au sein de leur propre structure. "Le but de cette journée est de rapprocher les étudiants et les entreprises afin d’attirer de nouveaux talents sur le Biopark. Nous avons identifié le besoin de nouveaux talents comme un nouveau défi majeur du Biopark. Nous savons que dans les années à venir il va y avoir des nouveaux mètres carrés donc accueillir plus de sociétés et les talents qui vont avec," explique Bertrand Alexandre, CEO du Biopark.

Ce genre d’initiative est réalisée afin de ne pas connaître de pénurie dans les secteurs des biotech et des medtech. "Il faut qu’on évite la pénurie en motivant et en expliquant aux étudiants qu’il y a de l’avenir dans la biopharna. Même si les étudiants sont tous dans des cursus scientifiques, ils n’ont pas spécialement l’idée qu’ils peuvent jouer un rôle important dans la découverte de nouveaux médicaments. Il y a énormément de métiers et de sociétés dans lesquels ils peuvent postuler."

Si le niveau d’un étudiant est un atout majeur ce n’est pas le seul. "Ce que disent beaucoup les entreprises c’est qu’il ne cherchent pas simplement la qualité scientifique de des étudiants mais aussi des étudiants motivés, passionnés et fiables. Les entreprises qui sont ici ne travaillent pas uniquement pour la Belgique mais pour l’international. Les entreprises peuvent accepter qu’il ait des carences c’est pour cela qu’elles mettent en place de plus en plus de programmes de formation afin de répondre aux besoins de l’entreprise."

Du côté des universités on se réjouit de l’organisation d'une telle journée. "Pour la première fois dans ce cadre, nos enseignants rencontrent aussi les entreprises et échangent. De manière habituelle cela se fait car certaines universités créent elles-mêmes leurs propres entreprises," explique Françoise Parent de l’ULB.

Pour les entreprise présentent comme BePharBel implantée à Courcelles, cette journée est l’occasin de se présenter au public et d’attirer les jeunes talents.

Etant donné le succès de cette première organisation d’autres devraient suivre.