Une voiture-bélier a défoncé les portes de l'Institut de Pathologie et de Génétique de Gosselies (Charleroi), durant la nuit de mercredi à jeudi. 

Le conducteur a bouté le feu au véhicule, provoquant d'importants dégâts dans le hall. L'auteur pourrait avoir confondu les lieux avec Bio.be, qui effectuait jusqu'il y a peu des analyses judiciaires. Un véhicule volé a franchi les barrières de l'Institut de Pathologie et de Génétique installé sur l'aéropole de Gosselies, ce jeudi vers 00h30, indique la police locale de Charleroi. Il a défoncé les portes d'entrée et s'est immobilisé dans l'atrium. Son conducteur en est ensuite descendu et y a bouté le feu avant de prendre la fuite.

Avertis des faits, les pompiers de Charleroi sont arrivés rapidement sur place et ont pu limiter les dégâts. Le hall d'entrée a été sérieusement endommagé et le reste du bâtiment a été envahi par les fumées. "La condensation liée au carbone a pu endommager les appareils électroniques et les machines que nous utilisons", explique le directeur de l'IPG, Michel Petein. "Aucune analyse n'a été perdue et le personnel est particulièrement motivé pour servir les hôpitaux de la région dans les temps. Il semblerait que l'auteur se soit trompé de cible : l'IPG n'effectue que des analyses médicales. Bio.be, qui se trouve juste à côté, réalisait par contre des analyses judiciaires (relevés d'ADN, etc.). Qui plus est, cette activité est vouée à l'arrêt. Bio.be termine les dossiers en cours mais n'en accepte plus de nouveaux".

Une enquête a été ouverte par la police locale de Charleroi. 

© D.R.
 
© D.R.