Le 12 décembre 2018, Grégory a lui-même plaidé et obtenu une suspension probatoire du prononcé de 3 ans. Ce dernier devait respecter plusieurs conditions fixées par le tribunal lors du jugement.

Mais seulement quelques mois après, l’assistant de justice avait signalé le mauvais comportement du jeune homme. Condamné pour avoir commis des vols et tentatives d’extorsion, Grégory n’a pas répondu aux convocations de l’assistant de justice et ne s’est jamais présenté à lui. Pire, il a déménagé sur Bruxelles alors qu’il jurait vivre à Roux…

Pour ne rien arranger à son cas, il a continué à se droguer et à boire et a commis deux vols simples lors de sa période d’épreuve. Sans surprise et assez logiquement vu son comportement, le parquet souhaitait la révocation de la suspension. Ce qui aurait contraint Grégory à purger la peine de prison prévue avec le jugement.

Compte tenu des efforts fournis depuis un an et demi, le tribunal a laissé une ultime chance à Grégory en décidant de ne pas révoquer la mesure de faveur…