Les syndicats, en front commun (socialiste-chrétien-libéral), avaient décidé d'entamer sérieusement les protestations sociales à Charleroi par une grève de 24 heures dans les crèches publiques carolos. Une porte était restée entrouverte pour les enfants du personnel soignant et lié à la sécurité, comme le personnel médical, les infirmières à domicile, les policiers, etc.

Mais aucun accord n'a pu être trouvé avec la Ville de Charleroi, et le personnel des crèches est donc... simplement en grève. Sans accueil assuré par les travailleurs en colère.

Pour rappel, les contestations des travailleurs sont les suivantes: pas assez de moyens, pas assez de personnel, pas assez de considération de la part du management communal et des politiques locaux. En bref, une gestion "à la privée" de la Ville de Charleroi que dénonçait notamment la FGTB il y a quelques mois.