Les experts ne relèvent aucune maladie mentale dans le chef de Kirk Henderickx.

Les quatre psychiatres désignés à titre d’experts par le juge d’instruction pour analyser Kirk Henderickx (23 ans), accusé devant la cour d’assises du Hainaut du meurtre d’Alexandre Dullekens et de l’enlèvement, la séquestration et le viol d’une adolescente, ont exposé leurs rapports d’expertise devant la cour, mardi après-midi.

Les experts sont formels en concluant que l’accusé ne souffre d’aucune maladie mentale mais restent perplexes quant à son comportement et sa personnalité. Désigné en 1er par le juge d’instruction Michel pour analyser l’accusé Kirk Henderickx, le médecin psychiatre Jean-Luc Evrard a rencontré l’accusé pour la 1re fois le 26 juil- let 2013 à la prison de Jamioulx.

L’accusé lui a confié qu’il souffrait de solitude et l’expert n’a trouvé aucune psychopathologie dans son chef, ni aucune maladie mentale de type psychotique, ni aucune détérioration intellectuelle. "Personnalité sans doute schizoïde qui est dépendante des autres", résume l’expert, qui estime que l’accusé est responsable de ses actes et qu’il présente un profil dangereux sur le plan criminel. L’expert estime que l’accusé est immature sur le plan sexuel.

Un collège composé de trois autres psychiatres a ensuite été désigné par le magistrat instructeur chargé de l’enquête. Le Dr Charles, qui a étudié le dossier militaire de l’accusé, note "une immaturité, une impulsivité et une capacité d’aménager la réalité" dans le chef de Kirk Henderickx.

"Il laisse l’impression d’une immaturité, d’un gamin mal différencié à tout point de vue, sexuel bien sûr mais aussi professionnel", estime le collège. "Ce qu’on sait, c’est qu’il ne souffre pas d’une maladie mentale. Ce qu’on ne sait pas, c’est beaucoup de choses. Il y a un comportement curieux qui nous échappe. Nous n’avons pas moyen de comprendre ce qui se passe dans la tête de ce monsieur", ajoute le Dr Schittekatte. "On ignore pourquoi ce verrou saute à un certain moment mais on est certain qu’il ne s’agit pas d’une maladie mentale", note le Dr Charles.

Interrogé par le président de la cour sur ses choix sexuels, l’accusé a répondu que son envie était d’être en couple, "peu importe que ce soit avec une femme ou avec un homme". Il aurait confié aux experts que les filles le trouvaient moche.

Seul Alexandre le trouvait beau. Lors de la reconstitution, l’accusé a relaté sa vie depuis son départ de l’armée. "On rejoint dans ses confessions quelques traits relevés par le Dr Evrard sur la personnalité avec fonctionnement psychotique, qui suit ses pulsions en ne se souciant pas de la réalité. Mais il ne s’agit que de quelques traits", affirme le Dr Charles.