Inculpé pour l'homicide volontaire du jeune mécanicien de 21 ans, l'inculpé pourrait rapidement quitter sa cellule pour une détention sous surveillance électronique. Ce lundi matin, à l'issue de la comparution bimestrielle devant la chambre du conseil du suspect, la défense a obtenu ce qu'elle plaidait depuis le début: la surveillance électronique.

Le décès de Valerio, le 15 septembre dernier, a ému bon nombre de personnes dans la région. Pour rappel, ce soir-là, le jeune homme a été déposé par une voiture mystérieuse devant l'hôpital Marie Curie de Lodelinsart. Blessé par une balle au thorax côté cœur, le jeune homme de 21 ans a rapidement succombé à sa blessure.

La thèse accidentelle évoquée depuis le début

Seulement quelques heures après ce tragique événement, l'enquête avait déjà permis d'identifier la voiture suspecte et les deux personnes se trouvant à bord. L'inculpé avait notamment été placé sous mandat d'arrêt pour l'homicide volontaire de Valerio. Depuis le début de l'instruction, l'homme de 28 ans évoque la thèse d'un malheureux accident. «Il est arrivé au garage où travaillait la victime pour voir le patron, qu'il connaissait. Le tir fatal à la victime serait accidentellement parti au cours d'une tentative de manipulation de l'arme à feu que l'inculpé avait sur lui », avait signalé le parquet à l'issue de l'audition du suspect.

Après de nombreuses tentatives infructueuses jusqu'à présent, Me Fabian Lauvaux, l'avocat de l'inculpé, a enfin obtenu ce que la défense sollicitait depuis le début. La récente reconstitution des faits aurait-elle confirmé les explications fournies par l'inculpé ? Le parquet a d'ores et déjà fait appel de la décision prise par la chambre du conseil. La chambre des mises en accusation a quinze jours pour examiner la cause et confirmer, ou non, la décision de la chambre du conseil de Charleroi.