Anthony, 31 ans, a eu un parcours de vie pour le moins compliqué. Adopté, Anthony a notamment fréquenté l’enseignement spécialisé durant son enfance. Tout cela a eu des conséquences sur son comportement, lui qui souffre d’un trouble de l’attachement et n’accepte pas la séparation avec les gens qu’il aime.

Pour l’avocat du trentenaire, c’est ce trouble qui a été à l’origine des deux scènes de coups portés par Anthony sur Laïla, sa compagne. À deux reprises, Anthony a frappé sa chérie. Le 14 octobre 2018, à Monceau-sur-Sambre, la police de Charleroi intervient au domicile conjugal en pleine après-midi. Une dispute a éclaté au sein du couple. Anthony a demandé à Laïla de quitter le domicile. Elle a refusé et a reçu de nombreux coups, dont un coup de couteau d’un centimètre de diamètre à l’arrière de la cuisse. "Au départ, j’avais pris le couteau pour lui faire peur", expliquait Anthony.

Bis repetita, le 28 avril 2019, toujours au domicile conjugal. Cette fois-là, c’est Laïla qui annonce à Anthony sa volonté de le quitter et de mettre un terme définitif à la relation. Ce qui ne plaît pas à Anthony, qui fait tomber sa compagne de sa chaise, lui mord la joue et le nez et lui donne un coup de poing.

Le parquet ne s’était pas opposé à octroyer un sursis probatoire à Anthony, sans le moindre casier judiciaire. Condamné à 8 mois de prison, Anthony devra suivre une formation en gestion de la violence pour respecter le sursis probatoire de 3 ans qui lui a été octroyé.