Trois ans de prison avec sursis pour Gaetano qui avait blessé sa compagne par jalousie.

Gaetano est un jaloux maladif. Et lorsque l’on s’acoquine avec une prostituée, la relation devient forcément compliquée. De surcroît, ce jeune habitant de Molanwelz âgé de 30 ans est un impulsif qui a tendance à péter les plombs au moindre tracas. "Lorsque je suis en colère, je sais que je dois quitter la pièce. Je pourrais tuer quelqu’un", a-t-il confié aux policiers qui l’ont intercepté en décembre dernier.

Ce jour-là, Nancy, sa nouvelle petite amie, s’était un peu trop pomponnée à son goût pour sa consultation chez le psychiatre. Une dispute a donc éclaté et s’est poursuivie au retour de la jeune femme. Au verre jeté par cette dernière, Gaetano a répondu par un lancer de couteau de cuisine à faire pâlir le général Alcazar dans l’Oreille Cassée.

Par réflexe , Nancy s’est retournée au dernier moment et la lame s’est enfoncée dans la chair de son omoplate. Par chance, la blessure ne fut que légère, mais Gaetano s’est retrouvé devant le tribunal correctionnel de Charleroi à répondre d’une tentative de meurtre.

Pour le parquet, l’intention homicide ne faisait aucun doute. "Ce couple, c’était de la dynamite. Entre une demi-mondaine qui ne s’en cache pas et un jaloux compulsif, ça ne pouvait qu’exploser. À l’époque déjà, il était sous conditions alternatives après avoir porté des coups à son ex-compagne. Il avoue en outre qu’il sait manier le couteau et qu’il a appris à le lancer lorsqu’il était jeune. Son acte aurait parfaitement pu causer une blessure mortelle", avait conclu le substitut Bury à l’audience tout en requérant trois ans de prison ferme.

Me Puccini, conseil de Gaetano, estimait pour sa part que la prévention de tentative de meurtre devait être disqualifiée en coups et blessures volontaires. "C’est lui qui appelle le service 100. C’est lui qui compresse la blessure. Il était paniqué et a immédiatement regretté son geste. S’il avait vraiment voulu la tuer, il lui suffisait de reprendre le couteau et de l’achever", a déclaré l’avocat en sollicitant un sursis probatoire.

Finalement, le tribunal a suivi la thèse de la Défense, reconnaissant que Gaetano n’était pas animé d’une intention homicide, vu son comportement postérieur à son lancer. Les faits sont donc disqualifiés en coups et le jeune homme s’en sort avec 3 ans de prison assortis d’un sursis probatoire pour ce qui excède la détention préventive.