Nemanjan, qui possède quatre alias, est déjà connu de la justice depuis 2015. Cette année-là, Nemanjan a été condamné pour une entrave méchante à la circulation et une rébellion. Tout récemment, l’homme était sous le coup d’un mandat d’arrêt européen et recherché par les autorités allemandes pour tentative de meurtre.

Ce lundi, Nemanjan ne semble pas avoir retenu la leçon de sa première condamnation en 2015 puisqu’il a récidivé pour des faits similaires, le 22 mai 2019. Dans le centre-ville de Charleroi, Nemanjan a tenté de semer la police lors d’un contrôle routier.

En fin de matinée, Nemanjan se présente au volant de sa voiture au niveau d’une policière. Sans permis de conduire, Nemanjan effectue un coup de volant pour se retrouver sur la bande inverse de circulation afin de fuir le contrôle. « Il circule en sens inverse, prend un îlot directionnel dans le mauvais sens pour circuler en direction de Marchienne-au-Pont », explique la substitute Dutrifoy, en revenant sur les faits.

Dans le centre de Marchienne-au-Pont, Nemanjan ne s’arrête pas et continue à rouler à grande vitesse. Mais le fuyard se retrouve bloqué dans la circulation. « Il est reconnu par la policière qu’il avait croisée au contrôle avant de parvenir à se dégager de la circulation. La police perd sa trace. »

Quelque temps après, vers 12h45, Nemanjan réapparait sur le boulevard Jacques Bertrand dans le cœur de Charleroi devant une école. Cindy (prénom d’emprunt), 13 ans et demi, se trouve à la sortie de l’établissement avec des copains. Elle croise le regard de Nemanjan, qui se fait remarquer en effectuant des dérapages. « Elle regarde bizarrement le chauffeur, qui lui fait un doigt d’honneur. La jeune fille ne se laisse pas faire et répond de la même manière. » Nemanjan effectue alors une marche arrière et sollicite, en mimant le geste, une fellation à la mineure.

Une équipe de la GSA (groupe de surveillance et d’appui) de la zone de police de Charleroi met finalement un terme à la folle matinée de Nemanjan. Interpellé 100 mètres plus loin, ce dernier dit « ne se souvenir de rien ». Une peine de 30 mois de prison ferme a été requise contre Nemanjan. Jugement le 1ermars prochain.