Durant l’enfance, il n’est pas rare de connaître ses premières histoires d’amour. Malgré le jeune âge, les amoureux peuvent se montrer créatifs en s’échangeant des cadeaux ou des lettres. Nadia, belle-fille de Fabrice, âgée de 12 ans, est également tombée amoureuse d’un garçon à l’école. Ce dernier lui laisse des lettres dans son cartable. Mais le 23 novembre 2018, à Châtelet, Fabrice tombe sur une de ces lettres avant de déposer la jeune fille à l’école.

"Sous le coup de l’impulsion, je n’ai pas su me contrôler. J’ai été trop loin", précise le beau-père au tribunal lorsqu’il explique avoir donné une violente gifle à sa belle-fille. Mais aujourd’hui, la relation entre le beau-père et la belle-fille est au beau fixe. "Ça se passe superbement bien. On parle beaucoup plus qu’avant."

Alors que dans le dossier Nadia évoquait plus qu’une simple gifle, ce mardi, au tribunal, la jeune fille a tenu, via son avocat, à rétablir la vérité. "Elle a reconnu avoir chargé son beau-père pour intéresser un peu plus son père, le biologique, avec lequel elle était fort éloignée", explique Me Mohymont.

Le parquet se félicite de l’évolution positive de la relation entre Fabrice et Nadia. Compte tenu des regrets exprimés par le beau-père et de la bonne entente dans la famille, Sandrine Vairon, procureur de division, ne s’oppose pas à la suspension simple du prononcé qui est plaidée par la défense.

Jugement pour le 29 septembre prochain.