Pour sa compagne, Alexandre Daunno est "sa plus belle histoire d'amour". "Il était gentil, doux, agréable, serviable", a-t-elle déclaré devant la cour.

Le 30 juin 2019, le couple avait passé la soirée dans un restaurant de Mons. Alexandre Daunno a effectué un retrait d'argent dans une banque à Saint-Ghislain. "Il voulait acheter un scooter avec de l'argent versé par sa mère sur son compte", a indiqué la témoin. "Alexandre avait besoin de ce scooter pour aller travailler".

Une fois le repas terminé, l'accusé a voulu sortir, mais sa compagne était fatiguée. Alexandre Daunno s'est alors rendu chez un ami, en voiture. Il n'est pas rentré de la nuit, malgré la promesse faite la veille d'emmener sa compagne à la mer. Son ami lui a déconseillé d'acheter le scooter qu'il avait choisi. Selon ce dernier, Alexandre Daunno était dans un état normal.

"Il est rentré vers 10h00. Il avait l'esprit vide, son short déchiré, du sang sur les mains, sur les baskets. Il m'a dit qu'il avait tué une femme, je ne l'ai pas cru", a exposé sa compagne. Pourtant, elle savait qu'il avait déjà tué un homme et tenté de tuer un codétenu en prison.

Alexandre Daunno lui a raconté qu'il avait tué cette femme avec un couteau, mais elle ne le croyait toujours pas parce que, selon elle, Alexandre est la "bonté même". En quatre ans de vie commune, ils ne se sont jamais disputés.

Dans la voiture, il y avait un sac et un essuie ensanglanté. "Je n'ai pas vu le couteau", a-t-elle affirmé.

L'accusé a changé de bermudas, mais pas de chemise. Sa compagne a fouillé son vêtement et a retrouvé un ticket de train replié contenant de la poudre blanche. Elle l'a jeté à la poubelle.

Le témoin confirme qu'Alexandre Daunno ne se sentait pas bien dans la société, après dix-neuf ans passés en prison. "J'étais plus sa psychologue que sa compagne", dit-elle, alors qu'Alexandre faisait l'objet d'un suivi par la justice dans le cadre de sa réinsertion. Lundi, l'accusé a déclaré qu'il ne se sentait pas bien dans la société, qu'il consommait de la cocaïne "pour décompresser". Sa compagne savait qu'il consommait du cannabis, souvent, et se doutait qu'il consommait de la poudre blanche.

La nuit du 30 au 31 août, Alexandre Daunno a consommé de la cocaïne. En matinée, il s'est rendu chez son oncle à Gosselies, là où vivait la victime. Il a croisé Liliane dans l'immeuble numéro 25 de la rue Junius Massau, l'a suivie chez elle et l'a tuée en l'égorgeant avec un couteau. Il n'invoque aucun mobile.