Le jeune Rovien s'est enfin alerté quand il a été cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Charleroi, ce vendredi matin, pour une possible révocation de son sursis probatoire. Le 7 mai 2020, Michel a obtenu cette mesure de faveur avec une lourde peine de 3 ans de prison. Durant 5 ans, le jeune homme était censé rechercher un emploi, ne plus commettre la moindre infraction, entamer un suivi psychologique et ne plus consommer d'alcool. « Je n'ai pas fait le suivi, mais j'ai arrêté totalement de boire et je peux prouver que je recherche un emploi », explique-t-il devant le tribunal.

Dans ce type de situation, il existe une autre condition essentielle pour assurer la réussite du sursis probatoire : informer l'assistant de justice de tout changement d'adresse et donner suite aux convocations de ce dernier. C'est là que le bât blesse. Le 27 mai 2021, un signalement a été transmis au parquet. Michel a manqué des rendez-vous. « À partir du moment où j'étais domicilié à Roux, je n'ai pas reçu de convocation », admet ce dernier. Et d'après lui, c'était normal puisque son frère était dans le même cas. « Il a aussi un sursis, mais lui non plus n'a pas de rendez-vous donc je pensais qu'à Charleroi, il n'y avait pas de rendez-vous. » « Peut-être que lui a obtenu un sursis simple, sans le moindre suivi », rétorque à juste titre le tribunal correctionnel.

Pour le parquet, il est clair que Michel semble prendre tout cela à la légère et qu'il n'avait nullement l'intention de respecter les conditions qu'il avait lui-même proposées au tribunal correctionnel de Namur. La révocation du sursis probatoire est donc requise. Me Vanardois, à la défense, tente le mieux que possible d'éviter cette révocation et la peine de 3 ans de prison.

L'avocate carolo admet que son client a manqué de proactivité, tout en précisant qu'il répondait aux convocations de la maison de justice de Namur avant son changement d'adresse à Roux. « Il habitait chez son père à Auvelais. Il a été mis dehors et a trouvé refuge à Roux. Il avait quand même informé la maison de justice de Namur de sa nouvelle adresse. »

Jugement le 25 mars.