C'est pour des recels opérés entre 2019 et 2021 que Pierre a comparu, ce lundi matin, devant le tribunal correctionnel de Charleroi. D'emblée, le prévenu admet s'être « laissé tenter ». « La vie n'était pas facile, je n'étais qu'un intérimaire à ce moment-là. Donc on a commencé à m'accoster et je suis tombé dans le système ». Pierre recevait des objets en tout genre : des fournitures scolaires, des bouteilles d'alcool, des paquets de tabac, des paires de chaussures, etc. Objets volés et revendus, sur le net, jusqu'à deux fois plus cher.

Gretchen, sa compagne de l'époque, est elle aussi poursuivie pour les recels. Sans difficulté, elle confirme bien avoir eu connaissance des agissements de son chéri tout en « fermant les yeux. » Pour le parquet, les deux prévenus sont loin d'être les pires crapules connues de la justice. Une mesure de faveur, via un sursis, est donc proposée aux deux personnes avec une peine d'un an de prison.

Les deux avocats à la défense, eux, n'optent pas pour un sursis, mais plutôt pour une peine de travail et une suspension simple du prononcé. Jugement fin mai.