Le 16 juillet 2019, vers 23h, la police de Châtelet a été requise pour intervenir sur une bagarre entre deux individus sur la voie publique. Jean-Louis et son frère s’échangent des coups. En état d’ébriété, Jean-Louis est immédiatement privé de liberté et emmené au poste de police pour se retrouver en cellule de dégrisement.

D’après l’homme de 39 ans, les policiers se seraient montrés agressifs à cause de sa chevalière. « Ils m’ont demandé de me déshabiller, ce que j’ai fait. Puis, j’ai essayé d’enlever ma bague, mais je n’y arrivais pas. Alors, ils sont venus et ont tenté, mais ils m’ont fait mal. Je souffrais et j’ai retiré ma main. »

Pour le tribunal, la rébellion a bel et bien commencé avant cette scène avec la chevalière, dès l’intervention des policiers pour la bagarre sur la voie publique. Pour continuer lors du placement en cellule et de la fouille de sécurité.

L’une des policières intervenues pour maîtriser Jean-Louis a subi une fracture du 4e os métacarpien, provoquant une incapacité de travail de plus de 4 mois. Comme si la parole des trois policiers ne suffisait pas, la scène de la cellule a été filmée par les caméras de surveillance.

Un sursis simple avait été requis pour Jean-Louis. Mesure de faveur qui lui a été octroyée ce vendredi.