Anthony W. avait formé opposition à une peine de 18 mois de prison pour un attentat à la pudeur. Il a été condamné ce jeudi, à un an de prison avec un sursis probatoire de 3 ans.

Anthony et Lucia (prénom d’emprunt), placés en école spécialisée, avaient vécu une amourette de quelques mois. Lucia est atteinte d’un handicap mental. Les deux jeunes se trouvent en enseignement spécialisé. Le 10 septembre 2015, lors d’une activité en classe, Lucia signalait avoir été victime d'attouchements par-dessus ses vêtements par Anthony. Deux autres élèves confirmaient les faits. Anthony avait bien tripoté les seins, le sexe et les fesses de Lucia. Mais aucun membre du corps enseignant n’avait été entendu dans le cadre du dossier.

Le 29 mars 2018, Anthony avait été condamné à 18 mois pour l’attentat à la pudeur sur son ex-petite amie et à 10 mois de prison pour une scène de coups et blessures sur sa propre mère. Anthony s’était saisi d’un tournevis et avait tenté d’étrangler sa maman. Le jeune homme avait formé opposition à sa peine de 28 mois de prison.

Le ministère public ne s’opposait pas à un sursis probatoire, vu l’absence d’antécédent judiciaire d’Anthony. Me Jocelyne Houders, conseil du prévenu, sollicitait un acquittement pour le tripotage sur Lucia. Selon la défense, la jeune fille souhaitait enfoncer son ex-copain. Le tribunal a condamné jeudi Anthony à un an de prison pour l’attentat à la pudeur et 10 mois de prison pour les coups sur sa mère. Il obtient un sursis probatoire de 3 ans.