Malgré les conseils donnés par le centre Fedasil de Marcinelle à Abdoul, ce dernier (en séjour illégal) a voulu tenter sa chance coûte que coûte. Tant bien que mal, Abdoul a essayé de survivre dans la rue avant de rapidement se lancer dans la vente de cannabis. Le 28 février dernier, un riverain de la rue Turenne a alerté la police en patrouille dans le coin pour balancer Abdoul, occupé à vendre sur le boulevard Jacques Bertrand. Après une tentative de fuite avortée, Abdoul a bien été interpellé par les policiers...

Ce dernier détenait sur lui une grosse boulette en aluminium de cannabis, ainsi que 145 euros en petite coupure. Face à la justice, le jeune homme confirme avoir détenu pour sa propre consommation, mais également avoir vendu. « J'achetais pour 80g de cannabis par mois. Et le surplus, je le vendais pour pouvoir survivre et m'acheter de la nourriture. »

Condamné à une peine de travail de 80 heures devant le tribunal correctionnel de Namur pour des faits similaires, Abdoul a échappé à la peine de prison sévère requise par le parquet. Au lieu des dix-huit mois, le prévenu écope d'un an, avec une nouvelle mesure de faveur via un sursis simple de 5 ans.