Dès sa naissance, Manon n’a pas eu la vie rêvée. À ses six mois seulement, sa maman l’abandonne. La jeune enfant est donc confiée à son papa. On peut envisager alors qu’il s’agit là d’un nouveau départ pour Manon. En réalité, c’est encore pire…

Rapidement, la jeune fille est également délaissée par son papa, qui préfère passer son temps à consommer sa drogue plutôt que de s’occuper de son enfant. Manon est confiée à ses grands-parents.

Le 24 novembre 2019, la gamine retourne chez eux, dans la région du centre, après avoir passé du temps chez son paternel. Et c’est lors de son retour à la maison que papy et mamy découvrent des rougeurs sur les parties intimes de la petite… Ne s’imaginant pas un seul instant de la possible gravité de ces rougeurs, les grands-parents posent simplement de la pommade.

Mais les symptômes de la petite s’aggravent en quelques jours, nécessitant une visite au CHU Tivoli. Un pédiatre confirme alors la présence d’une IST sur les parties intimes de la jeune Manon. La mineure finira ensuite par confirmer au médecin légiste être victime d’attouchements et de viols de son papa. "Elle a évoqué des câlins bizarres, où son papa était nu dans son lit", relate le parquet.

Une peine de 5 ans de prison a été requise, par défaut, contre le père. Absent, ce dernier est dans le déni le plus complet. "Il a notamment rejeté la faute sur sa fille, qui aurait été dépucelée exprès ou qu’elle a les mêmes gênes que sa mère, qui était prostituée." Jugement le 7 juin.