Fabian, 36 ans, est un habitué du tribunal correctionnel. Depuis 2003, il collectionne les condamnations et les oppositions. Le trentenaire est actuellement détenu à la suite de plusieurs condamnations pour divers vols. Ce vendredi, il se présente devant la juge Jamar pour une opposition à la suite d’une peine de 4 mois de prison ferme prononcée par défaut en mars 2019.

Sans la moindre difficulté, Fabian est en aveux d’avoir dérobé deux bouteilles d’alcool le 16 mars 2018. Durant cette période, Fabian a dépouillé de nombreux magasins pour revendre les butins, lui permettant d’acheter de la nourriture et de se fournir en cocaïne.

D’après Fabian, s’il a agi de la sorte, c’est pour venir en aide à sa compagne, en difficulté financière. "Elle n’a pas eu droit au CPAS durant 4 ans. On l’a laissé en chien ou on a préféré aider des gens qui ne sont même pas dans leurs pays." Des propos qui, rappelons-le, sont potentiellement interdits par la loi Moureaux de 1981 sur la discrimination en raison d’une nationalité.

Alors que Fabian sollicite une dernière fois la confiance du tribunal, le substitut Bury est peu emballé à l’idée de lui octroyer cette dernière chance, notamment à cause des huit pages de son casier judiciaire, témoignant d’un lourd passé. "Il y a plusieurs peines de prison où le prévenu a formé opposition. Il y a encore eu des faits récents juste avant son incarcération."

Le jugement sera prononcé le vendredi 2 octobre.