Ce matin, la direction a confirmé aux travailleurs d'Industeel que le processus d'ouverture à un partenariat ou un actionnariat a bien été lancé. C'est la Deutsche Bank qui s'occupe de chercher un investisseur intéressé pour entrer au capital d'Industeel ou racheter les parts détenues par Arcelor.

C'est la seule information qu'ont eu les syndicats. "On aura une réponse sur le processus qui suivra quand ils auront arrêté un choix", nous précise Alain Pelgrims, délégué FTGB, "on ne sera donc pas informé de la suite tant que rien ne sera décidé. On en est resté là, et on va désormais actionner les leviers en notre possession pour obtenir des informations supplémentaires." 

Pas de raison de s'inquiéter pour l'emploi dans l'immédiat, donc. La FGTB ne prévoit d'ailleurs aucune action ni mouvement de contestation, "il est bien trop tôt pour quoi que ce soit mais on reste vigilants" nous confirme-t-on. Des échos qui nous sont revenus, en France, la CGT a eu la même réunion qu'Industeel Charleroi et partagerait les inquiétudes de la FGTB. Pour rappel, le groupe qui appartient à ArcelorMittal est présent aussi sur le sol Français, mais près de 1.000 personnes travaillent pour le géant du métal à Charleroi. "Et tout changement d'actionnariat peut toujours mener à un impact sur l'emploi", nous expliquait jeudi Alain Pelgrims.

La CSC n'a pas donné suite à nos prises de contact.