Le 4 octobre 2019, Frédéric rentre ivre mort chez lui à 20h après une journée de travail et adopte un comportement violent sur sa compagne et sur son fils qui devait fêter sa majorité onze jours plus tard. Les deux policiers, intervenus au domicile familial, ont eu fort à faire face au prévenu.

Une première fois, d’abord, lors de la fouille de sécurité quand l’un des agents a glissé sa main dans la poche du pantalon de Frédéric et une seconde fois, lors de la mise en cellule de l’homme violent.

Frédéric avait confirmé son comportement inadéquat, à cause de l’alcool et de la fatigue. « Après une mauvaise journée et l’alcool n’aidant pas, je me suis emporté. Ce n’est pas dans ma nature. »

Alors qu’un sursis probatoire avait été requis par le parquet, ce dernier obtient une suspension probatoire de 3 ans. Frédéric devra s’abstenir de consommer de l’alcool, se soumettre à des tests urinaires et entamer un suivi psychologique et thérapeutique pour l’alcool, les stupéfiants et pour la gestion de la violence familiale.