Giuseppe a 37 ans. Ce n'est pas un inconnu de la justice puisqu'il a déjà été condamné en 2015 pour des coups et des menaces, en 2017 pour harcèlement et des menaces, en 2017 toujours pour des coups et blessures... et à nouveau des menaces. Il a obtenu régulièrement des mesures de faveur, il n'a d'ailleurs plus droit au sursis.

Eh bien le 24 septembre 2021, "n'ayant visiblement rien appris de ses précédentes condamnations" appuie la substitute Broucke, il a remis le couvert : après que sa compagne lui a annoncé qu'elle souhaitait mettre fin à la relation, il s'est "bourré la gueule". C'est peu de le dire, puisqu'il avouera n'avoir aucun souvenir de ce qu'il a fait ce jour-là. C'est donc via différents témoignages qu'on apprend ce qui lui est reproché. 

Il a d'abord vu rouge en voyant un Land Rover garé devant la maison de son ex-compagne. Pensant probablement que le véhicule appartenait à quelqu'un lui faisant de la concurrence, le parquet parle de "jalousie mal placée", il a explosé la vitre arrière du SUV et arraché le rétroviseur côté conducteur. 

Puis quand les policiers sont arrivés, alertés du grabuge, il s'en est pris à eux, criant notamment "si vous m'embarquez, je vous tue vous et toute votre famille"

Pour le Ministère public, c'en est trop : il faut au minimum un an de prison. Ferme, puisqu'il a épuisé toutes ses possibilités de sursis. "Il est suivi par un psychologue depuis sa dernière condamnation, ce qui lui fait beaucoup de bien", tente son avocate. Elle veut lui éviter la prison ferme: "il travaille, dans l'entreprise immobilière de son père, en complémentaire le soir et il a une entreprise de rénovation. Je demande donc une probation: il ne pourra plus boire et continuera son suivi psychologique. Ou bien, je propose aussi une peine de travail..."

Jugement le 20 mai.