Une triple distinction : la commune est à la fois la plus sportive et la plus connectée, en plus d'avoir reçu les plus de votes parmi les projets de la région de Charleroi.

C’est avec une grande surprise et une énorme satisfaction que Mathieu Perin, bourgmestre de Les Bons Villers, a reçu des mains de Jean-Marc Gheraille, rédacteur en chef de La DH, Étienne Legrand représentant d’AXA et Jean van Kasteel, chef de rédaction de Charleroi, les plaques distinguant la commune de “la plus connectée” et “la plus sportive”.

“Je suis véritablement surpris d’un tel plébiscite parce que, sur l’ensemble de la région wallonne et bruxelloise, nous avons reçu deux prix. Cela veut dire que les Bonvillersois sont satisfaits de ce qui est mis en place pour eux et avec eux après un an que nous sommes en place”, explique Mathieu Perin.

Avec une population de 9 500 habitants et une situation en milieu rurale, Les Bons Villers n’a pas eu peur de se présenter au concours organisé en collaboration avec l’assureur AXA.

Le premier projet lauréat est “la commune la plus connectée”. Grâce à des lives sur les réseaux sociaux, il est possible de suivre les débats communaux sans se déplacer. La commune étudie techniquement le meilleur moyen de retransmettre les conseils communaux en direct avec l’aide d’un nouvel engagé pour la communication. Des applications sont à la disposition des habitants qui remarquent des soucis de voiries par exemple. Il est également possible de télécharger des documents via le site de la commune.

La commune a créé sa propre page Facebook afin de fournir aux citoyens des différents villages la meilleure information dans la plus grande transparence. En assurant une réponse dans les 5 jours, l’administration communale entend se rapprocher encore plus des citoyens.

Le deuxième projet offrant le titre de “commune la plus sportive” est l’installation d’une piscine d’apprentissage pour les écoliers. “Avec la fermeture des piscines de la région, nous n’étions plus en mesure d’offrir l’opportunité aux jeunes d’apprendre à nager. La construction d’une piscine représentant un trop gros montant, généralement plusieurs millions d’euros, nous avons choisi de nous associer à un privé. Le promoteur dispose d’un terrain et la commune profite d’un espace d’apprentissage et d’activités pour le public. Le contribuable est épargné, cela ne lui coûtera pas un seul euro en offrant des tarifs préférenciels à tous les enfants de l’entité. Nous allons inclure cette piscine légèrement plus petite qu’une piscine tradionnelle à proximité des autres infrastructures sportives. Dans ce cadre, sa configuration sera revue.”

La double distinction est un grand événement pour la commune qui pourrait en inspirer d’autres. “Il faut croire en ses chances surtout si tout est fait pour la population”, conclut le bourgmestre.