Le quadragénaire a un parcours de vie assez particulier. Depuis 25 ans, Christophe partage sa vie entre la liberté et la prison. Enfin, une semi-liberté comme l’indique Me Balleux. Son client, qu’il défend depuis plus de 10 ans, est un toxicomane avéré et partage son temps libre dans la drogue.

Ce lundi, Christophe a refusé de comparaître, car « il n’a rien à faire devant le tribunal. » Pourtant, il a formé opposition à un jugement rendu par défaut, le condamnant à 3 ans de prison ferme. Et les faits qu’on lui reproche sont graves et vise principalement son ex-compagne et son nouveau compagnon.

Le 30 août 2018, Christophe parvient à intégrer l’immeuble dans lequel vit son ex. La discussion dégénère rapidement et Christophe frappe et jette au sol la victime, avant l’intervention héroïque d’une voisine. Deux jours plus tard, Christophe envoie des SMS sans équivoque au nouveau compagnon, promettant « de lui mettre quatre balles et de le foutre dans le trou. » Entendu sur les faits, Christophe jure « être contre le fait de régler ses comptes avec des armes, mais pas à mains nues. »

Mais le 22 février 2019, à Gilly, les valeurs de Christophe sont oubliées lorsqu’il dégaine son cutter pour frapper le compagnon au visage et aux bras. Quand il ne se montre pas violent envers ses deux victimes favorites, Christophe parvient à péter les plombs sur un voleur qui a osé voler à son domicile. Le 9 avril 2018, il retrouve le voleur présumé à l’arrêt de bus et le menace avec un sabre et un couteau.

Face aux nombreuses préventions et à la violence de Christophe, le substitut Lafosse requiert la confirmation de la peine prononcée. Jugement pour le 14 août.