Lors d’une comparution devant le tribunal correctionnel de Charleroi, il n’est pas rare de voir les prévenus changer d’avocat en dernière minute pour assurer leur défense face au tribunal. Mais voir deux avocats intervenir en même temps pour signaler leur intervention dans le dossier, c’est très rare. Pour la juge Jadin, c’est même une première. L’expérimentée juge a été confrontée à une scène cocasse lors de son audience ce lundi matin.

Dans le dossier de Jean-Baptiste, Me Martines et Me Balsarini, intervenants pour des confrères, se sont rendu compte qu’ils ont été mandatés pour le même prévenu… À l'audience, Jean-Baptiste n’a pas eu d’autres choix que de choisir celui ou celle qui le défendrait. "Je choisis lui", dit Jean-Baptiste en pointant du doigt Me Balsarini, libérant Me Martines de son mandat.

Au final, Jean-Baptiste a tout de même consulté 23 avocats pour défendre ses intérêts ! Pour l’histoire, Jean-Baptiste est en aveux d’avoir menacé Emilie, la mère de sa petite fille, à cause d’une reconnaissance de paternité qui traîne, selon lui.

Le détenu, au casier judiciaire aussi long que la liste des avocats consultés, risque une peine de 18 mois de prison ferme requise par la substitute Dutrifoy. Plusieurs minutes après l’audience, un troisième avocat, venu tout droit de Verviers, a manifesté son intervention pour Jean-Baptiste. À cause de ce dernier, le jeune avocat a effectué une centaine de kilomètres au volant de sa voiture... pour rien.