Le fils de Jean-Christophe est en plein milieu de son adolescence. Il se rebelle et défie l’autorité de son père, d'après ce dernier.

Ce jour-là, l’ado devait travailler une heure pour l’école comme convenu avec son père pour pouvoir, ensuite, aller chez son copain. Mais ce dernier refuse et provoque son père en tentant de quitter le domicile familial. "Il est venu vers moi de manière agressive et je l’ai maîtrisé une première fois au sol, sans lui porter de coup", se défend le paternel.

Un peu plus tard, une seconde scène se produit lorsque Jean-Christophe découvre du matériel pour consommer du cannabis. Il plaque une nouvelle fois son fils au sol.

Auditionné, le fiston évoquait des coups de poing. Une mesure de faveur est requise par le parquet. Jugement le 30 mars.