Jean-François n’est pas un inconnu auprès du parquet de Charleroi. Ce dernier a, déjà par le passé, connu des problèmes devant la justice. Jean-François a écopé de plusieurs condamnations, notamment pour des extorsions et des vols. Mais depuis 2009, Jean-François semblait avoir définitivement tourné le dos à son passé peu glorieux de voleur…

Jusqu’à la nuit du 7 au 8 décembre 2019. Cette nuit-là, à Châtelet, Jean-François commet un vol avec effraction dans le véhicule de Nadine et tente également de visiter l’intérieur de la voiture de Fabrice, son ami ! Après sa petite escapade, le butin est tellement dérisoire : Jean-François repart avec un rétroviseur et le pommeau de vitesse. Dans le véhicule de son ami, Jean-François a tenté d’arracher le plafonnier, sans succès.

Mais pourquoi ? C’est la question que tout le monde se pose au sein de la salle 240 du palais de justice de Charleroi. Près d’un an après les faits, même le principal concerné n’est pas en mesure de donner une explication. « Franchement, je ne sais pas dire pourquoi j’ai fait ça. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris. Je n’avais même pas bu ni pris de drogues cette nuit-là », explique Jean-François. « C’est spécial, Monsieur », souligne à juste titre la juge Jadin.

La substitute Dutrifoy requiert une peine de 18 mois de prison avec un sursis probatoire, permettant à Jean-François d’entamer un suivi psychologique. Ce dernier a déjà été interné en 2003 pour des problèmes psychiatriques. Jugement le 2 novembre prochain.