Charleroi Un an après son départ de l'aéroport de Charleroi, on a voulu faire le point avec le nouveau patron de Pairi Daiza.


C'est un Jean-Jacques Cloquet fidèle à lui-même qui nous attendait à Pairi Daiza en ce jour pluvieux, pour faire le point sur son départ de l'aéroport, son lien à Charleroi, sa nouvelle vie à Brugelette, son bouquin à paraître et ses nombreuses récompensées managériales reçues au cours de ces derniers mois.

"Il ne fait pas beau, mais c'est en fait le moment idéal pour visiter le parc", souligne le nouveau directeur opérationnel de Pairi Daiza. "Les animaux adorent et sortent volontiers, et il n'y a pas énormément de monde donc on peut librement tout voir."

Quelques betchs aux employés croisés sur le chemin plus tard, on s'installe au restaurant du Paddling Bear hôtel.

Ca fait un an que vous avez quitté l'aéroport, pour venir à Pairi Daiza, ça vous manque?

"Ca a été très difficile de quitter BSCA, c'était des gens que j'aimais. Mais je pense que Philippe Verdonck (le nouveau patron de l'aéroport, NdlR) a plus d'expérience que moi dans l'aérien, et il attache aussi beaucoup d'importance à l'humain, donc c'est très positif. Par contre je n'ai jamais autant travaillé qu'ici. C'est normal, j'apprends un nouveau métier. Ca reste du management, mais un parc animalier, des hôtels et de l'horeca, ça n'a rien à voir avec un aéroport. J'ai d'ailleurs [...]