L'opposition n'a pas tardé à ressortir les crocs, après la publication de notre article sur la présence de Babette Jandrain, échevine socialiste à Charleroi, en tête du cortège illégal de la marche Saint-Louis de Marcinelle.

Jean-Louis Tuttolomondo, conseiller communal MR, nous a contacté pour réagir à l'affaire. En tant qu'élu, il se dit choqué par l'affaire, mais il souhaite aussi réagir en tant que membre du corps médical - il est dentiste - qui doit faire face à une crise sanitaire sans précédent qui a fait des milliers de morts en Belgique.

"Il est vrai que le contexte est difficile : l'annulation des marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse est une véritable catastrophe pour le folklore et tous les commerces qui gravitent autour. Mais les marches ont bien été annulées un peu partout, un crève-coeur pour la région", explique-t-il. "Il y a bien sûr le contre-exemple de Ham-sur-Heure-Nalinnes, mais là, la police de Germinalt a directement diligenté une enquête pour identifier les fautifs et le bourgmestre Yves Binon a été le premier à réagir en fustigeant la sortie explicitement interdite. Pourquoi Charleroi, elle, n'a pas réussi à faire cela ? Quand l'échevine Jandrain s'est rendue compte que les consignes n'étaient pas respectées, pourquoi ne pas avoir fait appel aux forces de l'ordre ? Elle prétend être restée sur place pour veilleur au respect des distanciations. Faire des selfies et des vidéos qu'on poste ensuite fièrement sur les réseaux sociaux est une drôle de manière de gérer le problème ! Et à ce jour, il n'y a toujours eu aucune réaction de Paul Magnette par rapport à ce incident qui s'est produit sur sa commune et qui implique, une nouvelle fois, un membre de son collège : faut-il rappeler l'affaire Chaïbaï ? Le collège de Charleroi a décidément du mal à respecter les mesures de sécurité, on parle pourtant de santé publique ! Quel signal cela envoie-t-il à la population ? Où est le respect pour les gens qui souffrent, durement, de la crise ?"

Mise à jour : en début de soirée, Paul Magnette, via le collège communal de Charleroi, a réagi en invitant l'échevine à faire des travaux d'intérêt public.