Charleroi D’ici à Hong-Kong, les collectionneurs s’arrachent les objets à prix d’or.

Parce que dans le monde de Tintin il n’y a pas de hasard, c’est à la rue de Marcinelle à Charleroi au Palais du bas qu’on trouve l’un des plus grands spécialistes du jeune reporter et de son fidèle compagnon. Au moment de s’installer en ville en 2014, Jean-Michel Filleul a tout de suite vu le rapport avec la fameuse école de Marcinelle tels Franquin ou Morris, et Uderzo. Même si le héros imaginé par Hergé fête ses 90 ans, il ne cesse d’éveiller des passions tant chez les lecteurs que chez les collectionneurs.

Dans son temple dédié au 9ème art, Jean-Michel Filleul partage volontiers sa passion : "j’ai commencé en 1993 comme vendeur à la boutique de Tintin à la Grand-Place de Bruxelles. J’ai quitté en 1997 parce qu’il n’y avait plus d’objets mais uniquement des BD. Étant spécialiste des objets en 3D j’ai voulu poursuivre sur cette voie."

Le quasi culte qu’il voue à Tintin est dû à son père : "mon père était dessinateur publicitaire, artiste peintre et typographe. Ces métiers lui donnaient l’occasion de se plonger dans les aventures des différents héros des années 1960-1970. Il y avait des bandes dessinées qui traînaient un peu partout dans la maison. Je suis tombé dedans quand j’étais petit."

Bien qu’au départ le petit reporter faisait vivre de folles aventures à ses jeunes lecteurs, aujourd’hui Tintin est aussi une valeur sûre pour les placements financiers. Il n’est pas rare de voir se vendre un bronze à 45 000 euros ou une statue de Tintin sortant d’une jarre à 90 000 euros.

Historien de l’art de formation, Jean-Michel trouve tout à fait sa place au milieu de tous les objets dont il raconte, sans se faire prier, anecdotes et historiques. Si l’homme est une encyclopédie vivante sur le monde de Tintin et des autres héros d’Hergé, il exploite aussi une galerie dans laquelle il présente depuis 2014 les talents confirmés et en devenir.

Pour s’occuper de sa boutique-musée-galerie, Jean-Michel peut désormais compter sur sa femme Ornella Cencig. L’avocate, ex-échevine et maintenant conseillère communale à la Ville de Charleroi, semble s’épanouir dans cette nouvelle vie. Elle organise les visites et peut maintenant partager sa passion de la lecture. "Nous allons faire une expo autour de Blake et Mortimer. J’ai pris beaucoup de plaisir à tous les relire et à trouver le meilleur moyen de partager le monde des deux héros de Jacobs."