Le 6 septembre 2018, à Charleroi, Jean-Paul s’est rendu au domicile de Joëlle. Après une longue relation, les deux personnes sont séparées depuis peu. Mais Joëlle appelle son ex pour le voir. D’après Me Lambot, l’avocate de Joëlle, sa cliente voulait simplement régler un différend financier.

Les deux personnes sont ivres. Joëlle a consommé sans cesse depuis plusieurs jours et Jean-Paul a 3,58 gr d’alcool par litre de sang. La banale discussion financière s’envenime rapidement entre les ex-compagnons. Sur le palier en haut des escaliers, Joëlle « invite Jean-Paul à quitter les lieux en effectuant une très légère poussée », comme elle l’a expliqué à la barre. Mais Jean-Paul chute et dévale les escaliers. Touché par un important traumatisme crânien, ce dernier décédera quelques heures plus tard…

Auditionnée à l’époque des faits, Joëlle confirmait bien avoir poussé la victime. Face au tribunal, pourtant, la prévenue changeait de version, affirmant "avoir exercé une légère poussée". Même son fils, également présent en haut des escaliers, confirmait avoir vu sa mère pousser impulsivement Jean-Paul.

Une peine de 3-4 ans de prison avait été requise par le parquet le 19 mars dernier, avec un sérieux sursis probatoire pour gérer l’alcoolisme de Joëlle.

Lors du prononcé, le tribunal a estimé que la chute « a été nécessairement provoquée par une importante poussée. » Condamnée à 4 ans de prison, Joëlle devra entamer une cure de désintoxication pour soigner sa dépendance à la boisson…