Ils sont aussi reconnus coupables d'extorsions commises au préjudice de Jacques Hubinon et de sa compagne Marie Simon, une femme qui souffre de déficience mentale, entre le 16 octobre 2016 et le 29 avril 2019, et d'une extorsion de 50 euros commise le 30 avril 2019 au préjudice de Marie Simon.

Seul Johnny Falise est reconnu coupable d'une fraude informatique de 110 euros.

Le 3 mai 2019, un homme appelait la police de Charleroi pour signaler qu'un homicide avait été commis, la nuit du 27 au 28 avril 2019, dans un studio de la rue de la Vilette à Marcinelle, situé derrière la gare de Charleroi-Sud. L'appelant venait de recevoir les confidences de Francine Genicot, laquelle l'avait informé que son compagnon, Johnny Falise, avait tué un homme à coups de poing.

Les services de secours étaient intervenus cette nuit-là à l'adresse indiquée. Toutefois, le médecin du SMUR avait conclu à une mort naturelle, en raison des problèmes cardiaques de la victime. L'examen du cadavre, qui se trouvait aux pompes funèbres, a été confié à un médecin légiste, lequel a conclu qu'un hématome sous-dural compressif à la tête, combiné à une manœuvre de strangulation, était la cause de la mort. De plus, la moitié des côtes de la victime étaient brisées ante mortem.

Francine Genicot et Johnny Falise furent privés de liberté. Toxicomane, alcoolique, le couple ne disposait pas de revenus, car aucun de ses deux membres ne travaillait. Pour assouvir leurs assuétudes, ils allaient se servir sur les comptes en banque de Jacques Hubinon, le beau-père de Johnny, et de sa compagne Marie Simon. Les victimes vivaient dans des conditions précaires, bien qu'elles recevaient une pension mensuelle avoisinant les 4.000 euros.

Violent, Johnny Falise usait de la menace et de la force pour se faire remettre des fonds. Il détenait aussi les cartes bancaires des victimes, qu'il a utilisées pour effectuer différents retraits. Francine Genicot détenait les documents relatifs à l'assurance-vie de Jacques, dont le solde devait revenir à Marie Simon.

Pour les jurés, la culpabilité de Johnny Falise est établie au-delà de tout doute raisonnable par les déclarations de Marie Simon et le rapport du médecin légiste. La cour constate que Francine Genicot ne s'est jamais désolidarisée de son compagnon dont elle connaissait la violence.

L'intention d'homicide est établie par les multiples lésions constatées sur le corps de Jacques Hubinon, la localisation des coups et l'état de rage de Johnny Falise comparé à "une explosion".

Francine Genicot, qui faisait l'objet d'une ordonnance de prise de corps, passera la nuit en prison.

Le débat sur la peine aura lieu vendredi.