Détenu, Jonathan est censé rester derrière les barreaux de sa cellule jusqu’en 2027, à cause principalement de condamnations pour des faits de roulage. Depuis 2010, Jonathan collectionne les condamnations devant les tribunaux pour défaut d’assurance, de permis de conduire, coups et blessures, vols avec violence, etc. Sa première condamnation remonte à 2007, lorsqu’il était encore mineur, pour des faits de mœurs. Jusqu’à maintenant, Jonathan a un fond de peine s’arrêtant en 2027. Il faudra y ajouter 30 mois supplémentaires.

Le 7 janvier 2020, à Farciennes, Jonathan a obligé un motard de la police à le prendre en chasse. Le jeune homme, au volant de son Opel sans le moindre permis, avait préalablement refusé de se soumettre à un contrôle à cause de l’état suspect de sa voiture. Après avoir fait mine de vouloir s’arrêter, Jonathan a accéléré avant de freiner brusquement. Le policier sur sa moto est surpris et ne peut éviter la collision.

Jonathan finira par être identifié après avoir abandonné son véhicule avec son fils et un passager à l’intérieur pour prendre la fuite à pied, sans s’inquiéter de l’état de santé de l’agent à terre. Les conséquences auraient pu être beaucoup plus dramatiques…

Jonathan admettait également avoir harcelé Frédéric via plusieurs messages et plusieurs appels, à cause d’un véhicule prêté. "L’ami est tombé en panne à Mons et ne pouvait ramener le véhicule au prévenu. Alors ce dernier l’a menacé même devant des policiers lors de l’audition de la victime."

Jonathan aurait pu éviter cette nouvelle peine de prison s’il avait donné suite aux convocations du parquet, lui proposant d’effectuer une peine de travail de 30 heures. Le parquet avait requis 18 mois de prison ferme.