Jordan a admis, ce mercredi, devant la CTT avoir replongé dans la consommation de cocaïne. Clélia, elle, a reçu les louanges du tribunal. Mickaël, jeune vendeur de cocaïne et cannabis, intègre le programme pour éviter les deux ans de prison requis contre lui.

La chambre de traitement de la toxicomanie a ouvert ses portes en janvier dernier à Charleroi dans le but d’aider les personnes dépendantes des produits stupéfiants qui comparaissent devant le tribunal correctionnel de Charleroi à s’en sortir sans forcément passer par la case prison. Durant 10 mois, les prévenus doivent s’engager à suivre un programme afin de soigner leur dépendance, ce qui leur permet d’échapper aux sanctions pénales habituelles requises par le ministère public.

Tous les mois, les prévenus comparaissent afin de faire le point sur leur dossier via les rapports établis par les assistants de justice.

Jordan a récemment intégré le programme pour se sortir de sa consommation de cocaïne et cannabis depuis ses 15 ans. Cette consommation le pousse à extorquer et à harceler ses parents pour obtenir de l’argent. Jusqu’à présent, le jeune homme avait reçu les félicitations du tribunal. Mais ce mercredi, le vent a tourné. Jordan admet avoir consommé à trois reprises de la drogue. "C’est quand je bois un verre que je rechute." De plus, le tribunal apprend que Jordan semble redevenir violent auprès de ses parents. Le juge Davio et le substitut Henry encouragent Jordan à se reprendre en main, sous peine d’être écarté du programme…

Clélia, pionnière du programme à Charleroi, est l’exemple à suivre. La femme poursuit ses efforts et a même effectué une formation professionnelle, ce qui réjouit la CTT. Au lieu de comparaître tous les mois au tribunal, Clélia peut dorénavant être convoquée tous les deux mois vu le bon fonctionnement du programme.

Mickaël lui a été pris par la police le 2 mars 2019 alors qu’il allait effectuer ses livraisons de cocaïne et cannabis au volant de sa BMW. Les policiers ont découvert, dans le véhicule et sur Mickaël, 15 sachets de marijuana, 5 sachets de cannabis et 9 sachets de cocaïne. Consommateur des deux produits, Mickaël s’est lancé dans la vente, notamment pour financer un voyage scolaire. Le jeune homme intègre le programme pour éviter la prison "qui lui fait peur."

S’il ne respecte pas le suivi, le substitut Henry a requis une peine de deux ans de prison contre lui. L’examen des dossiers de Jordan et Mickaël aura lieu le 15 septembre prochain.